Non je ne vous parle pas du philosophe mais du fauteuil que nous avions ramené de chez la Mémé de mon MariChéri. Il avait besoin d’un sérieux coup de neuf : assise défoncée, tissu en velours défraichi. Il a été fait à 6 mains : MariChéri, ma cousine Nanous (vi elle s’appelle comme moi et a refait un superbe fauteuil l’année dernière) et MôaMême.

 

Image1

 

Première étape : Avant de pouvoir enlever le tissu (et le garder pour pouvoir servir de toile) il faut d’abord s’armer de patience afin d’enlever les clous ET les agrafes. On démonte l’assise et on garde les ressorts.

Deuxième étape : on ponce. Nous avons choisi de poncer légèrement et de mettre une couche de vernis effet bois ciré. Cela donne au bois  un aspect vieilli que nous aimons beaucoup.

Troisième étape : on refait l’assise. Des sangles entrecroisées et cloutées sur lesquelles on a cousu les ressorts. Pour finir l’assise on pose un épais morceau de mousse.

Quatrième étape : on reporte sur le nouveau tissu les anciens morceaux en ajoutant une marge tout autour (j’ai du mettre deux ou trois centimètres). Après on a testé deux méthodes différentes avec Nanous (ma cousine pas moi), la première on a tendu le tissu, agrafé et coupé au plus près des agrafes. La deuxième, on tend le tissu, on le repli à l’intérieur et on agrafe. On s’est vite rendu compte que la deuxième était la mieux : résultat plus propre et plus rapide. De plus,le fait de le faire à deux était beaucoup plus pratique : on pouvait tendre le tissu chacune de notre côté et agrafer à tour de rôle. Le plus prise de tête a sans doute été les accoudoirs.

Cinquième étape : le cloutage. Des rangées de clous et à intervalles réguliers l’on insère les vrais clous. Plus facile à dire qu’à faire : mes clous n’arrêtaient pas de partir de travers……

Dernière étape : on protège l’assise avec un morceau de toile de jute agrafé.

 

 

Après on admire et on n’ose plus s’assoir dessus lol. Plutôt qu’une avalanche de photos j’ai tout regroupé sur un petit film……. Pour ceux qui hésitent à se lancer allez y. Il n’y a rien de bien compliqué, c’est un juste un peu long et à plusieurs c’est plus motivant. Merci mon MariChéri (merci aussi  de me laisser tricoter, coudre et bidouiller sans jamais porter de jugement) et à ma cousine Nanous qui m’a ramené le principal du Marché Saint Pierre (le tissu, la mousse et les séries de clous) et qui a donné de son temps et de sa personne ;-)