Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

 

 

L’histoire : Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l'occupant. Jamais à court d'imagination, le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d'humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d'autres habitants de Guernesey , découvrant l'histoire de l'île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l'impact de l'Occupation allemande sur leurs vies... Jusqu'au jour où elle comprend qu'elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l'invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu'elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

 

Est ce que j’ai aimé ??? Non j’ai adoré  et je l'ai dévoré en deux soirs ! ! ! ! Ces échanges épistolaires qui parlent d’amour, d’amitié, de guerre, de débrouille,…. Tous les personnages nous deviennent vite familiers comme si l’on connaissait depuis toujours, et puis ces amourettes fleur bleues, cet humour so british, bref une bouffée d’oxygène et d’amour…..que je vous conseille !

 

Mais je ne vous conseillerais pas “Complètement débordée” de Chloé Zoé Shepard que je me suis forcée à lire. Si vous êtes foncièrement anti-fonctionnaire allez-y ce livre vous fera plaisir, pour ma part je n’y ai trouvé que suffisance, cynisme et méchanceté gratuite (collègue surnommée Coconne et je vous en passe). Bon ma réaction épidermique est peut être due au fait que je sois moi même fonctionnaire mais je trouve que l’on tape suffisamment sur nous sans que nos collègues (tout haut fonctionnaire qu’elle soit) ne mette de l’eau au moulin de nos détracteurs….. Et je suis bien d’accord avec toi Aurélie (merci de me l’avoir prêté) si elle était tellement mal dans son poste elle n’avait qu’à aller chercher ailleurs…..